Pour une foi réfléchie

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Envoyer Imprimer

«Pour ceux qui n’appartiennent pas à cette cité de Dieu, ce sera l’éternité de la misère ou, selon la parole de l’Ecriture, la seconde mort. Car il n’y a plus là ni vie de l’âme, puisque l’âme devient étrangère à la vie de Dieu, ni vie du corps, puisque le corps est livré à d’éternelles douleurs. Et cette seconde mort est d’autant plus cruelle, qu’elle ne peut finir par la mort.»

Augustin, La Cité de Dieu 19.28