Pour une foi réfléchie

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Envoyer Imprimer

«Laissons donc les fables de ces Ecritures, dites apocryphes parce qu’elles ont dérobé leur origine à nos pères, de qui nous avons reçu l’autorité des véritables Ecritures par une succession très certaine et très connue. Bien qu’il se trouve quelque vérité dans ces apocryphes, cependant les faussetés nombreuses qu’elles renferment les destituent de toute autorité canonique.»

Augustin, La Cité de Dieu 15.23