Comment expliquer l’apparition de toutes les races à partir d’un seul homme?

Imprimer

Comment expliquer l’apparition de toutes les races à partir d’un seul homme?

La notion de race

Il convient de préciser que, lorsque nous parlons de race, nous parlons de la race humaine dans son terme générique englobant la totalité de l’humanité. L’anthropologie séculière, en effet, ne répertorie  pas l’espèce humaine en termes de races, par exemple la race noire, jaune, blanche ou rouge. Lorsque la science cherche à établir ce genre de classification, elle parle de types. La génétique des populations par exemple, emploie le terme de génotypes, c’est-à-dire des types génétiques distincts, susceptibles de distinguer les diverses souches humaines.

«Il a fait en sorte que tous les peuples, issus d’un seul homme, habitent sur toute la surface de la terre, et il a déterminé la durée des temps et les limites de leur lieu d’habitation.» (Actes 17.26)

La Bible ne précise pas précisément les origines multiethniques ou encore les caractéristiques génétiques de la race humaine. Un nombre considérable de théories ont été émises au fil de l’histoire. Celles-ci, toutefois, même si elles sont en elles-mêmes intéressantes, n’en demeurent pas moins au niveau de la spéculation ethnologique ou anthropologique. En l’état actuel des connaissances scientifiques, personne ne peut prétendre apporter une réponse exhaustive aux questions relatives  à ces particularismes biologiques.

Toutefois, nous pouvons trouver au travers de la révélation biblique quelques pistes susceptibles de nous éclairer dans ce domaine. Effectivement, en observant la multiformité extraordinaire que nous offrent les éléments naturels qui nous entourent, nous ne pouvons qu’être ébahis par l’infinie variété que la création nous offre. Pourquoi, par exemple, tant de formes différentes de fleurs, d’arbres, d’animaux de même embranchement, de classes, d’ordres, de sous-ordres, de familles, de genres et d’espèces? Pourquoi la nature ne nous propose-t-elle pas une race unique par animal, par plante ou par arbre? Si cette grandiose diversité existe bel et bien au sein même d’espèces distinctes, comment alors s’étonner de sa présence dans l’espèce humaine?

Adam ou Noé?

La Bible fait remonter les origines de l’humanité à Adam et Eve. Toutefois, afin de traiter la question des origines des différents types humains, il est préférable d’en venir directement à la famille de Noé. Effectivement, le cataclysme mondial que fut le déluge marque un tournant radical dans l’histoire de l’humanité, dans le sens où il représente un essor totalement nouveau dans l’apparition des différents types humains.

Genèse 10 nous donne donc de précieuses indications sur cette question. Noé a trois fils, nommés Sem; Cham et Japhet, qui ont respectivement à leur tour une descendance.

La descendance de Japhet (Genèse 10.2-5)

Japhet a sept fils, représentant chacun pour sa part une ethnie différente.

  1. Gomer. Il est habituellement identifié comme étant l’ancêtre des Cimmériens, peuple d’Asie Mineure. Ce peuple serait, quant à lui, l’ancêtre de la grande famille représentée par les populations indo-européennes. Voir aussi Ezéchiel 38.6
  2. Magog. Est généralement plus difficile à identifier. D’après les indications que donne Ezéchiel 38.2, 6; 39.1-2, 6, ce peuple viendrait d’Anatolie, probablement des environs de la mer Noire, c’est-à-dire la Turquie actuelle.
  3. Madaï. D’après les indications données par Ezéchiel 13.17 et Daniel 6.16, ce peuple est généralement associé aux Mèdes qui s’établirent à l’ouest de la mer Caspienne. C’est l’Iran actuel.
  4. Javan. Ce peuple est généralement identifié comme l’ancêtre des Grecs et des Ioniens. Le prophète Ezéchiel en fait mention en 27.13, de même qu’Esaïe 66.19.
  5. Méshec et Tubal. Selon certaines sources mésopotamiennes, ces deux peuples se seraient établis dans les régions d’Anatolie centrale et orientale, c’est-à-dire les parties centrale et est de la Turquie actuelle.
  6. Tiras. Est généralement identifié aux Etrusques d’Italie, plus précisément au centre de l’Italie actuelle.

De la descendance directe de Japhet, seules celles de Gomer et de Yavan sont indiquées.

Gomer a trois fils:

Yavan a 4 fils. Remarquons que chacun d’eux est associé au commerce maritime:

La descendance de Cham (Genèse 10.6-20)

Cham a 4 fils:

  1. Cush. Le pays de Cush comprend toute la partie sud de l’Egypte ainsi que l’Ethiopie.
  2. Mitsraïm. Assimilé à l’Egypte.
  3. Puth. Est généralement associé à la Lybie selon la référence de Nahum 3.9.
  4. Canaan. Désigne l’ensemble des peuples habitant ce qui allait devenir le futur territoire d’Israël. Comprend: Sidon; Heth; Jébusiens; Amoréens; Héviens; Arkiens; Siniens; Arvadiens; Tsemariens; Hamathiens

Les fils de Cush sont au nombre de six. Chacun de ces fils correspond à un des peuples habitant la région de l’Arabie ou ses environs. La Bible ne donne que très peu d’informations sur les enfants de Cush et de leur localisation précise. Il s’agit de Saba (voir Psaume 72.10; Esaïe 43.3); Havila; Sabta; Raema (voir Ezéchiel 27.22); Sabteca; Nimrod.

Les fils de Mitsraïm sont au nombre de huit. Tels qu’ils sont nommés, ils ne représentent pas des individus mais des tribus: Ludim; Anamim; Lehabim; Naphtuhim; Patrusim; Casluhim; Caphtorim (Crétois).

La Bible ne mentionne aucun descendant de Puth.

Les fils de Canaan sont au nombre de deux:

  1. Sidon. Aucune référence précise, si ce n’est la ville du même nom, située dans le Liban actuel.
  2. Heth. Généralement reconnu comme l’ancêtre des Hittites, peuple et Empire situé en Asie Mineure.

La Bible ne donne aucune mention de la descendance de Sidon

A l’image de la descendance des fils de Mitsraïm, les noms qui suivent celui de Heth ne sont pas relatifs à des personnes mais à des peuples. Ils sont au nombre de neuf: Jébusiens, Amoréens, Guirgasiens, Héviens, Arkiens, Siniens, Arvadiens, Tsemariens, Hamathiens.

Toutes ces ethnies, comme le mentionne Genèse 10.32, se dispersèrent sur un territoire allant du nord au sud, de Sidon jusqu’à Gaza, et de l’ouest à l’est, de la Méditerranée à l’est de la mer Morte.

La descendance de Sem (Genèse 10.21-31)

Cette branche est à l’origine de la branche sémitique de l’humanité.

Les fils de Sem sont au nombre de cinq:

  1. Elam. Ancêtre des Perses; Iran actuel
  2. Assur. Père des Assyriens
  3. Arpacshad. De manière générale, ne correspond à aucune terre identifiable. Certains prétendent qu’il s’agirait de la Babylonie ou encore d’une province de l’Irak, mais rien n’est réellement avéré par de solides éléments.
  4. Lud. Peut être située en Lydie en Anatolie occidentale (Turquie moderne)
  5. Aram. Généralement reconnue comme étant la Syrie actuelle.

La descendance d’Aram est mentionnée:

    • Uts. On situe ce pays, sans trop de certitude entre Damas et Édom, dans le Hauran actuel, c’est-à-dire en Syrie méridionale.
    • Hul. Localisation incertaine
    • Guéter. Localisation incertaine.
    • Mash. Localisation incertaine.

Arpacshad est l’ancêtre d’Abraham et des Hébreux: il a comme fils Shélach, qui a comme fils Héber.

Descendance d’Héber:

Tous les descendants de Jokthan peuvent être situés entre le nord et le sud de l’Arabie Saoudite actuelle.

Synthèse

En synthèse, on peut proposer le tableau suivant:

 

Noé

Sem

Cham

Japhet

Hébreux

Cananéens

Grecs

Babyloniens

Egyptiens

Thraces

Assyriens

Philistins

Scythes

Perses

Hittites

 

Syriens

Amoréens

 

 

Les descendants de Sem sont appelés sémites.

Cham est l’ancêtre des peuples qui occupaient Canaan et le reste de l’Afrique.

La majorité des descendants de Japhet se sont installés en Europe et en Asie Mineure.